Mon enfant à l’arrière d’un scooter en toute sécurité

Ajouter un commentaire

La moto est un moyen de locomotion très pratique dans la mesure où elle nous permet de gagner du temps surtout au niveau des bouchons. On peut alors aisément faire face à la congestion de la circulation et les trajets quotidiens que nous devons entreprendre entre la maison, le bureau et les déplacements imprévus dans la journée. Dans la foulée, on aura tendance à amener notre enfant à l’école en moto. Certes, nos enfants arriveront toujours à l’heure. Mais il faut s’assurer qu’ils soient bien sécurisés durant le trajet.

Les textes en vigueur

Parlons tout d’abord des réglementations routières qui évoquent ce sujet. Si le premier alinéa de l’article R413-11 du code français de la route entonne une règle générale en ce qui concerne le siège passager de la moto, le second passage se précise en évoquant une certaine catégorie d’âge de passagers, notamment ceux au-dessous de l’âge de cinq ans. On peut y lire que le siège leur étant destiné doit par exemple être muni d’un siège conçu spécialement à cet effet, en plus d’un système obligatoire qui permette sa fixation.

Ce passage rajoute que « les pieds des enfants ne peuvent pas être entraînés entre les parties fixes et les parties mobiles du véhicule », c’est-à-dire entre les roues ou les chaînes de la moto. Vers la fin, le législateur n’a pas omis de citer que « le fait, pour tout conducteur, de contrevenir aux dispositions du présent article, est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la deuxième classe ».

Accidents de moto : des enfants impliqués

Ce texte parait justifié quand on repense au nombre d’enfants que nous, adultes, avons impliqués dans des accidents survenus sur nos routes. Mais de l’avis de certains députés, il parait encore insuffisant et incomplet, vu qu’il n’énonce pas de mesures sécuritaires pour les plus de cinq ans, pourtant tout aussi concernés par les accidents comme les plus petits.

L’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) a fait un point sur le sujet il y a quelques années, et a relaté le fait qu’en 2008, pour les moto et scooters de plus de 50 cc, un des accidents ayant blessé six enfants de zéro à quatre ans en a tué un autre, si 36 autres, de cinq à neuf ans, en sont sortis avec des blessures.

Des règles à observer

Quoiqu’il en soit, il nous appartient de prendre les dispositions utiles et nécessaires à la protection de nos bambins :

casque moto

– Leur tête doit être protégée par un casque homologué, qu’il soit intégral, jet ou cross, comme le rappellent le webmaster du site lacentraleducasque.com. Celui-ci dépendra de son poids pour une meilleure adhérence à la tête. Pour un enfant qui pèse par exemple 18 kg, il lui faut un casque d’au maximum 720 g, si pour un enfant de 36 kg, ce poids équivaudra à un casque de 1440 g.

– Plus important encore, apprenez à votre enfant à monter en moto. Il doit, entre autres mesures, s’asseoir convenablement sur son siège tout en étant assez proche du conducteur, afin d’épouser le mouvement de la moto.

– Mais si vous ressentez le fait que votre enfant ne sera pas capable de se tenir correctement, évitez tout simplement les deux roues. Cette précaution est souvent conseillée aux enfants de moins de huit ans.

Laisser une réponse